La veille, j’avais mangé une ENORME calzone le midi et un ENORME plat de pâtes carbonara le soir (très italien tout ça). Puis les contractions sont doucement venues dans la nuit…

Puis ce vendredi 17 octobre est arrivé et j’ai écouté mon corps et ces choses nouvelles qui se passaient en moi. Bientôt, j’allais donner la vie. Pour la première fois de ma vie. Quelle appréhension, quel stress, quelle angoisse et en même temps, quelle hâte ! Nous avons décidé d’aller à la maternité vers 12h. Entre temps, les contractions étaient devenues beaucoup moins douces que la veille. J’avais une contraction sur 3 qui se faisait dans le dos et franchement, celles-ci j’avais vraiment du mal à les gérer. Les autres contractions, malgré la douleur, j’arrivais à maîtriser.

Vers 15h, j’ai eu la péridurale, je la voulais. L’anesthésiste s’y ai repris à 4 fois… mais j’ai tenu bon et après, franchement, nous regardions l’écran à côté de nous et nous rigolions des courbes qui apparaissaient en se disant « tiens, la voilà la contraction, tu sens quelque chose ? Non, rien du tout ». En même temps, tu ne sens vraiment plus rien en dessous du ventre…

Puis à un moment donné, on n’est pas là pour rire, et il faut bien que je fasse le travail… donc, mise en place des poteaux jambes et en avant, « poussez madame » ! Et après environ 10 min de pouss-pouss, Pistache est arrivé. Une sage-femme qui m’avait prise en charge au début, avait fini sa journée, mais a quand même tenu à rester, pour connaitre le sexe de Pistache

Et à 19h26, tu es arrivé, tu as été posé sur moi, tu m’as regardé droit dans les yeux, qui au passage étaient immense, et tu m’as observé… pas un son n’est sorti de ta toute petite et magnifique bouche (la mère très très objective). Pendant que moi je pleurais, tu m’observais avec grande attention. Puis tu es parti avec le personnel de l’hôpital et mon Xman, qui devenait lui aussi, pour la première fois de sa vie, parent !

Tu as chamboulé nos vies, même si tu étais voulu et que tu as mis du temps à t’installer, même si nous nous sommes organisés, préparés physiquement, mentalement, matériellement, cela reste une tornade dans nos vies à ton papa et à ta maman.

Alors, maintenant, tu as 3 ans, tu cours partout, tu n’écoutes pas grand-chose, tu as HORREUR de la frustration et tu dis « non, j’ai pas envie » dès que tu le peux ! Tu nous fais tourner en bourrique, tu nous exaspères, tu sais très bien tester nos limites,… mais à côté de ça, ton sourire, tous ces nouveaux mots que tu apprends quotidiennement, tous les progrès que je vois jour après jour, ta bonne santé, ta façon d’aborder les situations à ta façon, ta beauté (oui, la même mère toujours très objective), toutes ces qualités qui font que je t’aime ma petite pistache d’amour.

Bon anniversaire ! Et maintenant, préparons cet anniversaire pirate!!

Sur ce, à bientôt !

32 Thoughts to “Et tu as 3 ans… histoire d’accouchement”

    1. non, je ne veux pas oublier ! les bons comme les mauvais, parce que , dans tout ça, il y a quand même de la douleur ! mais oui, le temps avance vite et il a déjà 3 ans ! pppppffff !

  1. Ah j’adore les récits d’accouchement !
    Mon premier et mon troisième que dans le dos les contractions ! c’est sympa quoi 😉
    Et joyeux anniversaire pirate 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *